une petite ballade au pays inconnu

une petite ballade au pays inconnu

nostalgie

Souviens toi de ces moments passés

 A regarder les vagues heurter la falaise

 A contempler l’horizon qui plonge avec langueur

Dans cette immensité bleutée infinie

 

 

 

 

C’était comme si le temps s’était liquéfié

 Et que nos cœurs tendus vers l’horizon lointaine

 Nous avions en nos mains l’étrange sablier

Du sable qui s’écoule comme la mer en nos veines

 

 

 

 

Nos songes, nos pensées s’envolaient au gré du vent

 Portés par nos espérance, par nos désirs, par notre insouciance

 Nous étions si jeunes si fougueux, que seule la mer semblait combler nos attentes

 

 

 

Car dans l’océan nos regards devenaient

Des phares éclairant les eaux tumultueuses

De nos vies qui ne faisaient que commencer

 

 

 

 Nos cœurs emplis d’insouciance bienheureuse

 Le temps a passé, nos rêves communs se sont réalisés

Notre vie a été pleine et entière

 

 

 

Je me souviens avec une joie incomparable

De ses instants à tes côtés mon aimée

 

 

 

 Le temps sur son sillage a effacé nos pas

Mais l’amour qui nous lie demeurera ineffable

 

 

 

En un flux perpétuel nos esprits jamais las

Fusionneront dans le flot d’une passion impalpable



11/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres