une petite ballade au pays inconnu

une petite ballade au pays inconnu

nouvelle...hantée suite( écrite par mélodie)

Instinctivement j'ai coupé le chauffage et je me suis dit en moi_même que ce devait être l'effet de la chaleur.J'ai essayé de me concentrer sur la route mais ces voix dansaient dans ma tête"prends le virage, laisse_glisser...c'est très simple, juste un quart de tour".Un quart du tour, c'était juste assez pour me prendre un platane...La trajectoire parfaite pour une mort annoncée.Non je devais chasser ses images de ma tête, ça ne voulais rien dire.Me concentrer sur la nuit passée, sur Dan, ses baisers dans le cou, l'étreinte de nos corps et la fièvre qui nous aenvahi jusqu'à la jouissance suprême."quart de tour, juste un quart de tour; allez vas_y, ça ne durere qu'une fraction de seconde, promis tu n'aurs pas mal". Elles étaient en train de prendre possession de moi, ce, ces "choses"qui me parlent.Alors j'ai appelé Dan, bravant l'interdiction de téléphoner au volant mais je suis tombé sur le répondeur...et alors que je raccrochais...elles...enfin...je ne sais quoi dans ma tête ma dit"je te l'avais dit...tu aurais mieux fait de m'écouter, au nom du père du fils et du Saint Esprit, que ta mort soit lente et belle ton agonie"

 

 

 

et après demanda Madame Cenamberg.Et après que s'est_il passé?

 

 

la voit de cette psychâtre me semblait rassurante mais je le savait moi, qu'elle me voulait du mal."elle" me l'avait, la voix, je le savait moi, qu'elle allait vouloir me tuer.Alors je lui ai répondu:

 

 

 

M-Rien.Il ne s'est rien passé.Rien du tout.

 

 

-Mais enfin Jenny reprit Madame Cenamberg...Vous l'avez tué....

 

 

 

 

Je me moquait de ce qu'elle disait.UIl le fallait.Je n'avais pas d'autre choix.C'était lui ou moi.Autant dire de la légitime défense.Je ne siais pas pourquoi, je l'ai regretté aussitôt car ils m'ont la camisole chimique et je me suis endormi quasiment aussitôt.Pourtant dans un demi sommeil j'entendais"elle", elle chantait d'une voix lugubre qui me paraissait désormais presque mélodieuse"Mon amour, mon cher Dan, le poignard ou le platrane, je t'aimais tu le savais, mais tu voulais m'assassiner

 

 

 

 

 

 

 

 

 mélodie... l'ilot-poemes.over-blog.com



28/05/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres