une petite ballade au pays inconnu

une petite ballade au pays inconnu

Body art part18 suite10

Les autres jours de la semaine sont tout autant animés...je continue mon cirque au bureau à un tel point que tous fuit présence...se taisent...se séparent...à mon approche...et quand vient leur de quitter le travail...ils prennent la fuite pour rejoindre au plus vite des lieux où ils se sentent en sécurité...il faut vraiment que je me calme...bientôt il ne sera plus possible de travailler dans ses conditions...et je tiens à ma réputation professionnelle...c'est mon gagne pain après tout...donc je ne peux pas faire n'importe quoi...pfff...Ma situation à l'extérieur se complique aussi...je rencontre...d'autres  anciennes petites amies(c'est comme ça qu'on dit) qui me distribue des gifles...il paraîterai que j'ai eu un liaison avec deux soeurs en même temps...ainsi qu'avec deux de leurs meilleurs amies...pendant la même période...ça me laisse sans voix....sur le coup...puis j'éclate de rires...c'est incontrôlable...bon ça ce sont les épisodes les plus divertissants...ce qui est gênant ce que je reçois des colis d'ordures, du crotins du cheval...et la visite de certains de leurs amis qui veulent en découdre avec moi...parfois on en vient aux mains...mais la plupart du temps tout n'est qu'intimidations...bref tout ceci cause un tel remuménage...que je ne peux me mettre tranquillement en chasse et que cela va nuire profondément à ce magnifique weekend qui s'annonce...Ce soir pour l'instant..je n'est rencontre personne qui me connaisse ou qui est quoique ce soit à me reprocher...ouf...un moment de repit qui j'espère perdurera...Je m'arrête dans un bar où je commence à reprendre mes vielles habitudes...L'effet de l'alcool se fait sentir très rapidement...beaucoup trop rapidement à mon goût et au lieu de m'entraîner veers ces souvenirs agréables d'artistes...il m'entraîne vers cette déclarartion...cette possibilité...d'être père...cette possibilité de former un héritier..de mon propre sang...je n'avais jamis envisager cette hypothèse...répugnant à me mêler à mes semblables...mais là...Je sombre petit à petit...je commence à devenir incohèrent...tout se dérobe...tout me fuit...et cette pensée m'envahit...provoque en moi une grande joie...et une profonde tristesse...mêlée d'envie et de désarroi...finalement on finit par me chasser de l'établissement...et je rentre je ne sais comment chez moi...le parcours a dû être épique...vu l'état de mes vêtementys quand j'ai finalement émerger le lendemain matin...


15/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres